Avant de parler de l'ikebana, il faut dire quelques mots sur le Japon. C'est un pays aux antipodes du nôtre par ses us et coutumes. De nombreuses fêtes ponctuent le cours de l'année. L'année commence au 1er janvier, contrairement  aux autres pays asiatiques.

Lors du nouvel an « O SHOGATSU »,il est habituel de se faire des cadeaux, de payer ses dettes, de faire la paix avec ses voisins, sa famille.

 Les japonais suivent l'astrologie chinoise. L'année 2011, par exemple, était celle du lièvre, ( ou du lapin) censée être une année de tranquillité, de douceur de vivre, artistique, avec peu de bouleversement) ; l'année 2012 était celle du dragon , année censée être favorable aux réussites les plus folles! Dans l'année du dragon, tout peut être glorieux, mais éphémère et illusoire...

    

bambou

Le 1er janvier a son propre bouquet de fêtes : vert, or (ou jaune) argent (ou blanc) et rouge. Le vert représente la nature et la continuité de la vie, le rouge, la chaleur et la joie, le blanc, le froid et la pureté et le jaune, la richesse. Les 4 couleurs sont rarement utilisées simultanément dans la mesure où la culture japonaise abhorre le chiffre 4 (le même idéogramme signifie « 4 » mais aussi « la mort ») : les associations les plus courantes sont vert/ blanc/ rouge ou vert/ blanc/ jaune.

Les végétaux symboliques sont le bambou, le pin, le prunier en fleur (difficile à intégrer dans des bouquets réalisés en France en raison de la différence de climat) et le saule (plus accessoire).

 Le bambou est de bon augure puisque, selon la religion shinto, les esprits viennent dans les bambous du nouvel an. Le pin, toujours vert,  symbolise l’hiver, la pérennité de la vie, la virilité, le yang, le combattant. Le prunier –tous types de prunus- est symbole du renouveau puisqu’il s’agit du premier arbre qui fleurit à la fin de l’hiver. Le saule indique la continuité d’une année sur l’autre.

 

  

 

   Le 3 mars, est la fête des petites filles (HINA MATSURI): dans les maisons, on expose des poupées.

  Courant mars, se déroule une grande fête pour tous les japonais qui prennent à cette occasion quelques jours de congé, la fête des cerisiers en fleurs: le HANA MI. C'est l'image même du printemps. C'est l'un des rites les plus célébrés au japon. Il réunit, par-delà les croyances et les âges, toute une nation suspendue à l'avancement de la floraison des cerisiers. Du Sud au Nord de l'archipel, depuis les derniers jours de mars jusqu'au début de mai, partout on s'assemble, sous la nuée des branches en fleurs, pour trouver le meilleur emplacement, pour un pique-nique traditionnel, avec ses collègues, sa famille. A Tokyo,le parc d'Ueno accueille sous ses onze cents cerisiers des dizaines de milliers d'adeptes à ce rite saisonnier.

 

CARPES

 

 

Le 5 mai, est la fête des petits garçons (KOI NOBORI).

Des carpes (koi) en papier suspendues à un mat en bambou, symbolisent le courage dont le garçon fera preuve au cours de sa viE

                                                            source: photo wikipedia

 

 

    

  En automne, il y a la contemplation des érables (MOMIJIGARI).

  

 

 

     

 

 

   

cartes de hanafuda de 1930, source Wikipedia

HANAFUDA

Au Japon, chaque mois est symbolisé par une plante que l’on retrouve dans le HANAFUDA, jeu de cartes traditionnel, qui associe une fleur et un oiseau :

Janvier, pin
Février, abricotier
Mars, fleur de cerisier
Avril, glycine
Mai, iris
Juin, pivoine
Juillet, lespedeza
Aout, miscanthus sinensis
Septembre, chrysanthème
Octobre, érable
Novembre, saule
Décembre, paulownia

 

Le chrysanthème est la fleur qui symbolise le Japon.
Les armoiries de la famille impériale du Japon portent la fleur de chrysanthème.
La fleur à seize pétales est réservée à la famille souveraine. Et les étendards impériaux en sont ornés.

  Quelques termes japonais importants

 IKE  = voie
ANA= fleur
DO = le chemin

 La voie des fleurs est aussi appelée  KADO

KADO  voie des fleurs
SADO  voie du thé ( cérémonie du thé)
SHODO  voie de la calligraphie
KYUDO  voie de l'arc
JUDO  voie de la souplesse
AIKIDO voie de l'harmonie des énergies
KENDO voie du sabre

La sado, ou cérémonie du thé est très important pour les japonais.

Le thé a été introduit au Japon vers l'an 700, il venait de Chine.

Il était considéré alors comme un remède, consommé par les moines zen, pour les soutenir durant leurs longues heures de méditation.

 

L'ikebana.

 Art extrême oriental du bouquet, d'origine sacrée, il est  né en Inde au 5 ème siècle avant JC. Il est pratiqué par les moines Bouddhistes, puis introduit en Chine, et, au 7ème siècle de notre ère au Japon.

Une légende attribue l'origine de l'ikebana dans le geste de vieux moines Bouddhistes qui auraient ramassé des fleurs fauchées par un ouragan, et qui, dans leur sollicitude infinie pour toutes les choses vivantes, les auraient mises dans des vases emplis d'eau.

 L'art de l'ikebana fut longtemps pratiqué et réserve aux moines pour fleurir leurs  temples, puis aux samouraïs. Les femmes ne furent autorisées à le pratiquer que lorsqu'au 16ème siècle. Le bouquet sortit alors des temples pour s'installer dans la maison; à la place d'honneur, dans le tokonoma.

Le tokonoma est une alcôve au plancher surélevé de quelques centimètres, qui a une profondeur d'environ 50cm. Il a été instauré au 16eme siècle comme un des éléments mobiliers des architectures princières.

Par la suite, la plupart des intérieurs traditionnels, sinon tous, ont comporté un tokonoma.

TOKOOMA

Il est souvent orné,  d'une peinture, d'une calligraphie, et d'un ikebana.

  Okakura Kakuzo : auteur du "livre du thé" écrit:

"Quand un maître de thé aura arrangé une fleur selon son goût, il la mettra sur le tokonoma, qui est la place d'honneur de tout appartement japonais. Rien d'autre ne sera placé près d'elle qui puisse nuire à l'effet qu'elle doit produire, pas même une peinture, à moins qu'il n'y ait quelque raison esthétique particulière à une combinaison de ce genre, et alors ce sera un ravissement. La fleur est donc là comme un prince sur son trône, et les invités en entrant dans la pièce la salueront d'un profond salut avant de présenter leurs compliments à leurs hôtes."

Toute personne invitée dans une maison traditionnelle ou dans une chambre de thé, est conduite à la place d'honneur, celle lui permettant de regarder le tokonoma, lui et ce qui s'y trouve.

 Chaque ikebana, fait pour un lieu et pour un moment précis, ne peut être déplacé. Les personnes qui le verront ayant la même culture, ressentiront le sens profond du moment qui est unique.

La part d'invisible dans le visible est décisive.

Un arrangement floral perd donc toute sa signification si on l'enlève de l'endroit auquel il a été destiné, car toutes ses lignes, toutes ses proportions ont été composées en vue de s'harmoniser avec la pièce et les objets environnants, mais aussi la luminosité ambiante.

Par ailleurs, il exprime autant l'atmosphère du lieu que les pensées de la personne qui l'aura réalisé.

 Le terme "ikebana" s'est imposé au 18ème siècle, avec son sens d'animer les fleurs.

Admirer un  ikebana fait appel aux  5 sens, non seulement la vue et l'odorat, mais il apporte de la fraîcheur en plein été, et fait ressentir le changement des saisons.

L'ikebana est un art lié à la conception extrême orientale de l'univers, qui exige silence, concentration, observation. C'est un art d'asymétrie symbolique ou le vide compte autant que le plein, un art du contraste, de l'harmonie, de l'élégance, de l'imperfection, un art qui est une exaltation de la vie, une communication avec le vivant, un art de la fragilité et de l'éphémère.

 C'est une expression personnelle, chaque personne est différente, ce qui implique un bouquet différent, (sans jugement ni interprétation du bouquet de l'autre.)

 Lors des corrections des bouquets des élèves, l'intervention des professeurs vise à améliorer l'apprentissage de l'art en termes techniques : équilibre du bouquet, exécution  du style ou de la variation demandée , mais en respectant la personnalité de chacun.

  

De nombreuses écoles d' ikebana existent, il y en a plus de 3000; Il y en a trois principales :               

ecole ikenobo

                                  L'école Ikenobo,  qui signifie « moine au bord de l'étang » est créée au 15éme siècle.

              L'école Ohara, qui signifie «  petite lande »   est créée au 19ème siècle.

                   L'école Sogetsu , qui signifie «  plante et lune » est créée au 20ème siècle.

SOGETSU

   

     A la fin du siècle dernier (1868), le Japon s'ouvre sur la civilisation occidentale tout en maintenant ses valeurs traditionnelles. L'ikebana se diffuse dans l'ensemble de la société, les écoles se diversifient .

     L'école Ohara propose l'utilisation de fleurs occidentales pour les bouquets japonais.

 

 

  

 

 

 Il existe plusieurs types de bouquets, et de contenants :

                

MOROBANA

 

    Dans un vase bas : rond,

rectangulaire, carré , en demi-lune:

    Ce sont des  MORIBANA

                           

NAGEIRE

                                                                                                                                                                                                       

 Dans un vase haut :

                                                                                                                   

                                                                                                                    cylindrique,   cubique etc:                        

ce sont des  NAGEIRE

                                                                                                                                                                             

 

SHIKIBANA

                      

 

     Pas de vase du tout, directement sur une table: ce sont des SHIKIBANA

                       

MORIMONO

 

 

Pas de vase,mais sur un support, plateau de laque, set de bambou, ardoise, plaque de verre, miroir etc : ce sont des MORIMONO

  

                     

            

                             

RIKKA

SHOKKA

 

 

les vases pour RIKKA sont des vases profonds

avec un socle pour le pique-fleur,

                                                                 

                                        les vases pour SHOKKA, sont vases de bambou à poser ou à accrocher.

                                                       

 

 

STYLLIB

STYLLIBR

                                                                                                                                                                                                                                                                

 STYLELIBRE

 

                            Pour le style libre,tout peut servir de contenant.

 

 

 

 

 

 Quelques notions fondamentales de l'ikebana  distinguent un bouquet d'art floral japonais d'un bouquet de décoration européen.       

VIDE ET PLEIN

.

       Le vide est le plein non manifesté.   

Le vide compte autant que le plein.  

QUI N'AJOUTE

 

Qui n'ajoute rien enlève.

 

 

ASYMETRIE

 

 

 

 

Asymétrie et nombre impair régissent le bouquet, tout comme le contraste (ligne – volume, clair – foncé,   yin et yang en équilibre ou en déséquilibre.

 

 

HARMONIE

 

 

   Le bouquet doit être en harmonie par rapport au temps, à l'espace, à celui qui le compose. 

   Il faut choisir entre bouquet objectif (naturel, géométrique) et  bouquet subjectif (abstrait.)

 

ABSTRAIT

 

 

 

ESSENTIEL

                 

                        Ne pas multiplier les effets. Renoncer                                                                                                      au superflu , exprimer l'essentiel .